Les espèces invasives …

invasive1.jpg

On les appelle espèces exotiques envahissantes ou espèces invasives. Clandestines pour certaines, introduites délibérément pour d'autres. Elles ont des mœurs vagabondes et pullulent localement. Elles sont responsables de dégradations importantes de l'environnement et peuvent occasionner de nouvelles nuisances pour la santé publique.


 

Des mesures préventives et curatives doivent être prises d'urgence pour gérer au mieux ce nouveau risque biologique. Une menace émergente à laquelle s'attaque la Cellule interdépartementale sur les Espèces invasives (CiEi) du Service public de Wallonie.
 

 

 

3 principales plantes invasives sur Bouillon :

Quel danger ? Que Faire ? Cliquez ici pour obtenir plus d'informations

Les espèces invasives en Wallonie
 

invasive2.jpg

Suite à l'accroissement des échanges commerciaux et de la libre circulation des denrées à travers le monde, de plus en plus d'espèces sont introduites volontairement ou accidentellement en dehors de leur aire de distribution naturelle. Parmi celles-ci, un nombre réduit d'espèces sont capables de s'acclimater, de se multiplier et de se propager dans nos paysages où elles peuvent causer des dommages à la biodiversité, à la santé publique et à l'économie. On les appelle espèces exotiques envahissantes ou espèces invasives.
 

Certaines espèces invasives sont capables d'altérer ces services en profondeur et peuvent engendrer un coût socio-économique considérable:

Quelques exemples

En Wallonie, plusieurs dizaines d'espèces de plantes, d'invertébrés et de vertébrés exotiques ont un comportement envahissant et menacent directement la biodiversité. Parmi les plus connues, citons la bernache du Canada, la berce du Caucase, le cerisier tardif, la coccinelle asiatique, l'écrevisse de Californie, la renouée du Japon ou le rat musqué.

Plus d'infos sur : biodiversite.wallonie.be 

 

Le raton laveur

le raton laveur.png

La berce du Caucase sur Bouillon !
 

Pour obtenir le dossier de lutte contre la berce du Caucase dans la Commune de Bouillon - Bilan des chantiers de gestion 2013, cliquez sur l'image.
pdf.gif 

 

La berce du Caucase est une espèce d'origine ornementale qui a été plantée pour ses vertus esthétiques et mellifères. Elle se disperse dans l'environnement et envahit les bords de route, les berges de rivière, les lisières forestières et les prairies gérées de manière extensive depuis une vingtaine d'année. Elle y forme des populations très denses qui prennent le pas sur la flore indigène. Cette ombellifère géante peut en outre occasionner de graves brûlures lors d'un contact avec la peau. Un plan de lutte a été mis en place depuis 2012 pour tenter d'enrayer sa progression en Wallonie.


La berce du Caucase présente l'aspect typique des plantes de la famille des ombellifères (angélique, berce commune, carotte, cerfeuil, etc.). Comme ses consœurs, elle produit de grandes fleurs blanches disposées en rayons (ombelles). Mais la taille impressionnante de la plante (de 2 à 4 mètres de haut pour les individus en fleurs) et des fleurs (ombelle principale dotée de plus de 50 rayons) permettent de l'identifier à coup sûr. Ses feuilles profondément dentées et les taches pourpres sur la tige sont également très caractéristiques.


Cette plante pluri-annuelle ne fleurit qu'après 3 ou 4 ans. Tout comme la carotte, la berce du Caucase stocke ses réserves nutritives dans sa racine durant la mauvaise saison. Celle-ci grossit d'année en année jusqu'à permettre la formation de son immense tige florifère, laquelle est capable de produire plus de 20 000 graines. Elle meurt durant l'hiver qui suit la floraison.


Les graines son principalement disséminées par le vent sur quelques mètres aux alentours de la plante. Lorsque celle-ci pousse en bordure de rivière, les graines peuvent être emportées par les flots et dispersées sur des distances beaucoup plus importantes.

 

invasive3.jpg invasive4.jpg invasive5.jpg

La berce du Caucase se reconnaît à sa grande taille, à son système racinaire puissant, ses feuilles découpées et ses larges ombelles.Photos : Contrat de Rivière Dyle, Eva the Weaver & Etienne Branquart.
 

Sources textes :  biodiversite.wallonie.be

Plus d’infos sur :

 

 

Actions sur le document