Attention

- COVID-19 : Quelles sont les mesures actuelles ?

- L’administration communale reçoit uniquement sur RDV

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Comité de concertation : les coiffeurs autorisés à rouvrir le 13 février, les autres professions de contact le 1er mars

Comité de concertation : les coiffeurs autorisés à rouvrir le 13 février, les autres professions de contact le 1er mars

Ce vendredi, un nouveau comité de concertation s'est réuni par vidéoconférence pour faire le point sur la situation épidémiologique dans notre pays. De nouvelles décisions ont été annoncées pour donner une bulle d'air à la population. (Source RTBF)

Le Premier ministre Alexander De Croo a d'abord fait remarquer que notre pays est dans une situation stable depuis début décembre : "Nous sommes parvenus à maintenir nos données stables au moment de l'apparition des variants, qui dans beaucoup de pays ont entrainé un impact particulièrement lourd notamment sur la situation dans leurs hôpitaux. En Belgique, l'impact a été assez réduit. Cela démontre que les règles que nous appliquons dans notre pays fonctionnent parce que chacun les respecte. Et cette performance, nous l’avons réalisée tout en gardant nos écoles, nos magasins et nos entreprises ouverts, ce qui dans beaucoup de pays n’est pas le cas. Il faut aller de l’avant tout en tenant compte du passé".

Le Premier ministre ajoute toutefois que la prudence et la vigilance restent de mise.  

Le comité de concertation (codeco) a donc décidé la réouverture des métiers de contact, mais de façon "progressive" selon le texte de la notification sur lequel le comité s'est entendu :

  • les coiffeurs peuvent rouvrir à partir du 13 février " dans le strict respect des protocoles "
  • les autres professions de contact non-médicales (les instituts de beauté, les instituts de pédicure non-médicale, les salons de manucure,  les salons de massage, les barbiers et les salons de tatouage/piercing) sont autorisés à rouvrir le 1er mars

Des conditions d'ouverture très strictes

Ces réouvertures sont conditionnées au suivi de protocoles très stricts. 

La réouverture des métiers de contact non médicaux est soumise à des conditions très strictes et à des protocoles renforcés qui imposent notamment les aspects suivants :

  • Temps d’attente de 10 minutes entre deux traitements, pour le nettoyage et la désinfection de la zone de traitement
  • Obligation de travailler sur rendez-vous
  • Obligation pour les clients d’attendre à l’extérieur
  • Ventilation suffisante via l'achat de détecteurs CO2
  • Maintien de l’interdiction des services à domicile
  • les professionnels doivent également porter un masque chirurgical agréé CE, portés correctement (nez, bouche et menton, attachés derrière les oreilles) et remplacés après quatre heures d’utilisation intensive.

On notera que les prestations de services à domicile restent interdites pour les professions de contact non médicales.

Le comité de concertation décide de ces réouvertures car il estime "que les soins du corps contribuent de manière indéniable à améliorer le bien-être mental des citoyens." La précision est importante : le 22 janvier dernier, le codeco avait annoncé une potentielle réouverture "si la situation épidémiologique continuait à évoluer positivement". Ce vendredi, le Comité constate "que la situation épidémiologique est mitigée" : le nombre moyen d’infections augmente (de 2.230 à 2349), le taux de positivité aussi, très légèrement (de 5,4% à 5,5%), l’incidence également (de 247/100.000 à 279/100.000). Le seul critère qui évolue "positivement" concerne les hospitalisations (de 125,1 à 121).

Le comité a donc décidé de passer outre sa position du 22 janvier, pour des raisons de santé mentale et d’adhésion aux mesures. Le dernier baromètre de la motivation des Belges montre, en effet, une chute importante, comme nous l’expliquons en détail dans le premier épisode du podcast "Les Quatre Saisons".

Les zoo rouverts, le agents immobiliers déconfinés

Autre assouplissement : les agents immobiliers sont autorisés à accompagner les visiteurs de biens immobiliers. Et ce, à partir du lundi 13 février. Cela signifie, entre autres, que seules les activités de plein air sont autorisées et qu’un strict contrôle de l’accès sera prévu.

Les parcs zoologiques peuvent rouvrir, eux aussi à partir du 13 février, dans les mêmes conditions que les parcs naturels, déjà rouverts.

Le comité annonce la réouverture des maisons de vacances dans les villages de vacances, les parcs de bungalows et les campings à partir de ce lundi 8 février. Le Conseil d’Etat avait estimé, cette semaine, que la mesure d’interdiction n’était pas suffisamment motivée, le comité n’a pas émis de nouvelle motivation, c’est donc la réouverture. Ces parcs pourront selon les mêmes conditions restrictives que les autres types de logement. Cela signifie, entre autres, que leurs restaurants, bars et autres installations communes devront rester fermés.

Testing : un système de sanctions plus efficace

Le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke, a également annoncé que les personnes revenant de zones rouges et qui refusent le testing obligatoires doivent s'attendre à avoir automatiquement une sanction : "Aujourd'hui nous avons eu une bonne discussion avec les ministres- présidents régionaux et nous avons convenu que tout sera mis en place avant le 1er avril pour appliquer un système de sanctions pour tous ceux qui doivent se faire tester dans l'intérêt commun et qui ne le font pas". Et de poursuivre : "Nous avons un régime qui est quand même assez souple mais ce cadre requiert du temps. Et c'est une question de solidarité de se faire tester". L'interdiction des voyages non essentiels sera d'ailleurs évaluée le 26 février. 

Un calendrier pour d'autres perspectives

Si les métiers de contact sont aujourd'hui fixés sur leur réouverture, de nombreux autres secteurs comme celui de l'Horeca n'ont aujourd'hui aucune perspective. Le gouvernement a demandé aux experts du Gems de les éclairer sur les étapes à suivre pour le déconfinement et sur le suivi de la vaccination. Les experts devront donc proposer un calendrier pour donner davantage de bulles d'air à la population : "Si nous parvenons à vacciner un grand nombre de personnes vulnérables, cela aura une influence sur la manière de se comporter en cette période de pandémie", assure le Premier ministre appuyé par le ministre de la Santé selon lequel notre pays est réellement parmi les plus efficaces en matière de vaccination. 

A noter que la vaccination est considérée comme un congé de circonstance, soit comme un droit de s'absenter du travail, avec maintien de la rémunération. 

Revivez la conférence de presse du comité de concertation du ce vendredi 05 février 2021

Actions sur le document